Cahier Colette n°32

Traduite dans de nombreux pays, commentée par les plus grands auteurs, de Cocteau à Le Clézio, l’oeuvre de Colette a si continûment influé dans les domaines les plus variés de l’art, que l’on peut proprement dire qu’elle a fait école. Son influence est tout particulièrement remarquable chez des auteurs tels que Mireille Havet et Louis Aragon et s’étend jusqu’à nos jours sous des formes parfois très originales, comme le montre le film Tournée réalisé par Mathieu Amalric en 2010. Au chapitre des inédits, ce Cahiers Colette n°32 présente les lettres adressées à l’industriel Maurice Saurel. Elles révèlent une Colette tout aussi surprenante, soucieuse d’autrui, apportant dès qu’elle le peut son assistance aux plus démunis. Dans la sphère privée toujours, on découvre une influence d’une autre nature, et réciproque cette fois, entre Colette et Henry de Jouvenel. Deux études apportent une ouverture internationale : l’une, menée pour la première fois, nous renseigne sur la réception des oeuvres de Colette en Espagne ; tandis qu’une autre décrypte l’attention toute particulière qu’elle a porté, non sans ironie, au monde de la mode. Une autre école, celle du music-hall, nous entraîne à suivre la vagabonde en tournée à Dijon. Nous ne quittons la scène que pour les coulisses, celles de « Colette en scène », le spectacle-événement donné sur la scène du Châtelet en faveur du rachat de la maison natale. L’envers du music-hall en quelque sorte. Ecrivains, réalisateurs, artistes, comédiens, lecteurs, ont puisé dans la vie et l’oeuvre de Colette une source d’inspiration ou un modèle d’art de vivre. Peu d’auteurs peuvent se


PARTAGER