Cahier Colette n°36

Colette et les bêtes : une évidence. Mais une fausse évidence. Loin de l’image superficielle qui en a souvent été donnée, ce 36e numéro des Cahiers Colette, préfacé par la philosophe Élisabeth de Fontenay, apporte un éclairage nouveau sur la conception que nous avions des relations de Colette avec les animaux et sur leur place au sein de l’oeuvre. Bien plus, Colette y apparaît comme une pionnière de la conscience écologique. « Il n’y a qu’une bête ! », affirmait-elle, devançant de plus d’un demi-siècle les recherches contemporaines sur l’unité du vivant. On retrouvera également dans ce numéro la correspondance inédite de Colette avec son dernier médecin, magnifique leçon de vie et d’acceptation de la souffrance et de la vieillesse, et trois études qui témoignent des liens privilégiés de Colette avec les grands auteurs de son temps : Marcel Proust, Germaine Beaumont et Joseph Kessel. Colette au plus près de son temps et plus contemporaine que jamais.


PARTAGER