Biographie

periode1

« J’appartiens à un pays que j’ai quitté »

Le 28 janvier 1873, à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), naissance de Sidonie Gabrielle Colette, fille de Sidonie Landoy, la future «Sido» de l’œuvre (1835-1912), veuve Robineau-Duclos, remariée en secondes noces (1865) avec Jules Joseph Colette (1829-1905), ancien capitaine de zouaves, amputé d’une jambe, percepteur à Saint-Sauveur depuis 1860. Celle qui vient de naître a une demi-sœur du premier lit, Juliette (1860-1908), la «sœur aux longs cheveux» de La Maison de Claudine, un demi-frère, Achille (1863-1913), «l’aîné sans rivaux», et un frère Léopold (1866-1940), l’un des «sauvages», le «sylphe» qui sera évoqué dans Sido (1930).

45-B

Colette est (bonne) élève à l’école (laïque) de Saint-Sauveur. Elle a notamment pour institutrice, à partir de la rentrée 1887, Olympe Terrain (cette remarquable pédagogue, caricaturée, deviendra Mlle Sergent, dans Claudine à l’école, 1900). En 1885, certificat d’études primaires; en 1889, brevet élémentaire.

50

Entre-temps, en 1884, Juliette, l’aînée de la famille, s’est mariée avec le Dr Roché (1855-1914) ; celui-ci demande des comptes sur la gestion de l’héritage Robineau-Duclos, suscitant une brouille entre Juliette et les Colette, qui connaissent des difficultés financières croissantes.

En 1889, Colette aurait fait, selon Pierre Varenne, la connaissance d’Henri Gauthier-Villars (1859-1931), alias Willy, dans les bureaux des éditions familiales, quai des Grands-Augustins, lors d’un voyage à Paris.

Capture d’écran 2013-05-06 à 22.02.11

Vente aux enchères publiques d’une bonne partie du mobilier et de la bibliothèque, qu’on attribue soit aux difficultés financières de la famille, soit au déménagement dans une maison plus petite. Colette quitte définitivement Saint-Sauveur à l’automne 1891. Elle n’y reviendra plus que deux ou trois fois, mais la maison ne sera pas vendue avant 1925, contrairement à la légende. Départ de la famille pour Châtillon-sur-Loing (actuellement Châtillon-Coligny, dans le Loiret) auprès d’Achille, qui vient d’y installer son cabinet de médecin. Colette ressent très douloureusement ce départ, qui clôt une période heureuse.

Ci-dessous un extrait du documentaire « J’appartiens à un pays que j’ai quitté » de Jacques Tréfouël et Gérard Bonal, disponible en DVD aux éditions du Lieu-dit.

Suivez Colette Fellous lors de sa visite de la maison natale :

 

periode2

Apprentissages

Deux séjours de Colette à Paris, en avril et en novembre, qui décideront de son mariage. Probables fiançailles officieuses au mois d’avril 1892. Le 15 mai 1893, à Châtillon-Coligny, mariage (sans dot) avec Willy. Colette devient la belle-mère du petit Jacques Gauthier-Villars (enfant adultérin né en 1889, il avait été, à la mort de sa mère, mis en nourrice pendant quelques mois, précisément à Châtillon-Coligny ; il mourra en 1975), et la femme d’un journaliste connu, et qui le sera bientôt davantage, dans le domaine de la critique musicale, mais aussi – grâce à d’innombrables «collaborateurs» – dans celui du roman.

rue de Courcelles

Départ pour Paris, chez Willy, 55, quai des Grands-Augustins, dans «cet appartement impudique, agencé pour la commodité et la négligence d’un célibataire dissolu» (Mes apprentissages), puis pour le Jura, avant l’installation au 28, rue Jacob : «Point de soleil. Trois pièces, un cabinet sombre, la cuisine de l’autre côté du palier, le tout coûtait quatorze cents francs l’an. […] Sombre, attrayant comme sont certains lieux qui ont étouffé trop d’âmes, je crois que ce petit logis était triste » (Mes apprentissages). Colette y lit beaucoup. Elle est affectée par les infidélités de Willy. Dans son sillage elle accède aux salons littéraires et musicaux, chez Mme de Caillavet, Rachilde, Mme de Saint-Marceaux : elle y croisera Anatole France, Proust, Montesquiou, Fauré, Debussy, Ravel, Jacques-Emile Blanche, etc. Elle se liera avec Marcel Schwob, Marguerite Moreno (qui sera sa meilleure amie, sa vie durant), Pierre Louÿs, Sacha Guitry, Jean de Tinan, entre autres.

http://www.amisdecolette.fr/bibliographie/

Colette contracte une grave maladie de plusieurs mois. Convalescence pendant l’été à Belle-Île-en-mer, en compagnie de Willy et de Paul Masson (le «Masseau» de L’Entrave, 1912). En février, «Colette Gauthier-Villars» écrit, sans doute en collaboration avec Willy, ses premiers articles de critique dramatique et musicale dans La Cocarde, quotidien que dirige Barrès, et auquel Willy, mais aussi Maurras collaborent. En mai, puis en juillet, voyages à Saint-Sauveur, avec Willy. Á la demande de Willy, premières ébauches de Claudine à l’école (1900) : « Un an, dix-huit mois après notre mariage, M. Willy me dit : – Vous devriez jeter sur le papier des souvenirs de l’école primaire. N’ayez pas peur des détails piquants, je pourrais peut-être en tirer quelque chose… Les fonds sont bas. » (Mes apprentissages, 1936).

74A

Willy et Colette se rendent au festival de Bayreuth. Le manuscrit de Claudine à l’école, alors terminé, aurait été «enfoui» dans un tiroir par Willy. Séjour dans le Jura, puis en Isère, à Uriage, (l’«Ariège» de Claudine s’en va, 1903) puis à Bayreuth. Colette et Willy déménagent de la rue Jacob au 93 rue de Courcelles. Séjour en été à Lons-le-Saunier, dans la famille Gauthier-Villars après des «mois d’hiver trempés de pluie et de musique dominicale» (Mes apprentissages, 1936). Colette et Willy se rendent à Bayreuth, et Willy (selon le récit de Colette) redécouvre, à la fin de l’année, le manuscrit de Claudine à l’école. Mise en vente, en mars, de Claudine à l’école, signé du seul Willy. Grand succès. Willy achète, près de Besançon, le parc et la maison des Monts-Boucons («Casamène» dans La Retraite sentimentale, 1907), où Colette se plaît particulièrement.

lieux_monts

Publication de Claudine à Paris (1901). Séjour à Bayreuth, avec Willy et Georgie Raoul-Duval (la «Rézi» des Claudine). Avec cette dernière, et peut-être quelques autres représentantes de Lesbos, Colette a probablement des relations très intimes. En 1902, au théâtre des Bouffes-Parisiens, création de Claudine à Paris, avec Polaire dans le rôle de Claudine. Succès. Publication de Claudine amoureuse (édition achetée et détruite par Georgie Raoul-Duval), puis de Claudine en ménage (version remaniée de Claudine amoureuse).

Lateral17

Willy et Colette s’installent au 177 bis, rue de Courcelles. Séjour d’été aux Monts-Boucons. En 1903, mise en vente de Claudine s’en va. Séjour de Colette aux Monts-Boucons. «Je m’éveillais vaguement à un devoir envers moi-même, celui d’écrire autre chose que les Claudine. Et goutte à goutte j’exsudais les Dialogues de bêtes, où je me donnais le plaisir, non point vif, mais honorable, de ne pas parler de l’amour» (Mes apprentissages, 1936). Sous le nom de «Colette Willy», signature qu’elle gardera jusqu’en 1913, publication des Dialogues de bêtes. Séjour aux Monts-Boucons. Publication, sous le nom de Willy, de Minne.

Ecoutez Colette parler de cette période de sa vie en cliquant ici

 

periode3

La scène ou l’écritoire

En 1905, Colette prend des leçons de danse et de pantomime (avec Georges Wague, le «Brague» de La Vagabonde). Elle rencontre, à l’intersection de Lesbos et des milieux du spectacle, la marquise de Belbeuf, née Mathilde de Morny, dite «Missy» (la «Chevalière» du Pur et l’Impur). Le Damier, une revue confidentielle, consacre une partie de son second numéro, en avril, à un hommage à Colette. Publication, sous le nom de Willy, des Égarements de Minne. Séjour d’été aux Monts-Boucons.

Lateral15

Mort du Capitaine Colette. En 1906, débuts publics de Colette sur scène, en faune dans Le Désir, l’Amour et la Chimère, mimodrame. Séjour à Nice avec Willy chez la poétesse Renée Vivien, qu’elle évoquera dans Le Pur et l’Impur. Séjour d’été au Crotoy, avec Missy. Colette joue dans La Romanichelle, pantomime.

C. Max.jardin

Willy et Colette se séparent. Elle va habiter 44, rue de Villejust (rue Paul-Valéry), près de Renée Vivien – et aussi chez Missy, 2, rue Georges-Ville. Rédaction, sans doute au cours de 1906, et peut-être dès l’été franc-comtois de 1905, de La Retraite sentimentale. Scandale du Moulin-Rouge : le 3 janvier 1907, Colette et Missy se produisent sur scène dans une pantomime écrite par la marquise et intitulée Rêve d’Égypte. La représentation est très mouvementée : insultes, jets d’objets… Le blason des Morny figurait sur l’affiche et provoque une vive réaction de la part des bonapartistes et des amis de la famille Morny. Le spectacle sera interdit après la seconde représentation par le préfet Lépine.

115

Séparation de corps entre Colette et Willy. Publication de La Retraite sentimentale. Nouveau séjour chez Renée Vivien, à Nice. Été au Crotoy, avec Missy. Willy vend les droits des Claudine. Colette se produit à Paris dans La Chair, mimodrame. 

Lateral14

Willy vend les Monts-Boucons au tout début de 1908. Colette joue dans La Chair sur diverses scènes de province. Séjour au Crotoy, avec Missy. Suicide de sa demi-sœur Juliette, le 9 septembre 1908. Déménagement rue Torricelli (rue de Saint-Senoch). Publication des Vrilles de la vigne (1908). Colette joue le rôle de Claudine à Bruxelles et à Lyon. En 1909, double activité, sur scène (danse, théâtre, pantomime), et en littérature : En camarades (pièce où elle joue elle-même le premier rôle), début de la rédaction de La Vagabonde (1910), refonte des deux Minne de 1904 et 1905, sous le titre L’Ingénue libertine (1909). 1910 : tournées en province et à l’étranger (théâtre, pantomime). Divorce entre les époux Gauthier-Villars. Achat de la maison de Rozven à Saint-Coulomb entre Saint-Malo et Cancale. Cette maison et son site inspireront plus tard des passages de L’Entrave (1913), de La Maison de Claudine (1922), du Blé en herbe (1923).

Publication de La Vagabonde. Brève liaison avec Auguste Hériot (un des inspirateurs du personnage de Chéri) ; elle se rend avec lui à Naples en novembre 1910, à Nice en février 1911).

 

 

periode4

Colette journaliste

Colette collabore depuis décembre 1910 au Matin («Contes des mille et un matins»). Liaison avec Henry de Jouvenel (1876-1935), l’un des rédacteurs en chef. Pantomime et théâtre. Willy se remarie avec Meg Villars (pseudonyme de Marguerite Maniez, 1885-1960). Rupture de Colette avec Missy et Hériot. Séjour en août au château de Castel-Novel, près de Brive, chez Henry de Jouvenel. Colette s’installe chez lui, en octobre, 57, rue Cortambert. Elle joue dans L’Oiseau de nuit, mimodrame. Colette joue dans La Chatte amoureuse, et encore dans L’Oiseau de nuit.

177-B

Mort de sa mère. Colette ne se rend pas à l’enterrement. Brouille avec Achille, peut-être à l’origine de la destruction des lettres de Colette à sa mère. « Sido » deviendra «un personnage qui peu à peu s’est imposé à tout le reste de mon œuvre» (préface de 1948 à La Maison de Claudine). Séjour à Castel-Novel, Colette épouse Jouvenel en décembre. Publication de L’Envers du music-hall, sous la signature, dont elle usera jusqu’en 1923 «Colette (Colette Willy)». Naissance en juillet 1913, de Colette de Jouvenel (la future «Bel-Gazou», 1913-1981).

lieux_castelnovel

Publication de L’Entrave. Mort d’Achille. Publication de textes brefs, sous le titre Prrou, Poucette et quelques autres (ils reparaîtront dans La Paix chez les bêtes en 1916). Première publication, à Bruxelles, aux éditions le Thyrse, d’un bref ouvrage consacré à «Colette Willy», par André de Ridder. Henry de Jouvenel est mobilisé : Colette le rejoint quelque temps à Verdun. 

mitsou-2-1-g

Reportage en Italie, pour Le Matin. Nouveau séjour à Verdun. Colette déménage dans un hôtel particulier, 69, boulevard Suchet, près du Bois de Boulogne. Elle y demeurera jusqu’en 1926. Nouveau séjour romain. Rédaction des Heures longues (1917), chroniques de guerre parues dans la presse qui seront éditées en fin d’année. Un film, tiré de La Vagabonde, est tourné à Rome, avec Musidora. Il sortira à Paris en 1918. Colette contribue activement à l’adaptation du roman. Il ne reste aucune copie connue du film.

C. par Musidora

Séjour d’été à Castel-Novel. On parle de Colette pour l’Académie Goncourt. Critiques dramatiques dans L’Éclair. Publication de Dans la foule, recueil d’articles sur l’actualité d’avant-guerre. Mésentente entre Colette et Henry de Jouvenel, qui ira croissant : la carrière politique de Jouvenel, peu compatible avec celle de Colette, et ses diverses infidélités, en sont une cause probable.

 

periode5

La reconnaissance

Publication de Chéri et de La Chambre éclairée (chroniques de guerre). Colette prend en charge Bertrand de Jouvenel – né en 1903 d’un premier mariage de Henry de Jouvenel –, qui passe l’été avec elle, à Rozven. Elle est nommée chevalier de la Légion d’honneur. Adaptation théâtrale de Chéri avec la collaboration de Léopold Marchand (1891-1952). Pendant l’été, à Rozven, début d’une liaison avec Bertrand de Jouvenel (1903-1987).

Groupe en maillots

Premières ébauches de La Maison de Claudine (1922).Publication du Voyage égoïste, (articles d’avant-guerre) et de La Maison de Claudine. Rédaction du Blé en herbe (1923). Voyage en Algérie avec Bertrand. Séjour à Rozven. Version théâtrale de La Vagabonde écrite en collaboration avec Léopold Marchand. Publication du Blé en herbe (sous la signature «Colette», qui sera adoptée définitivement).

Le Blé en herbe

Conférences en province. Séparation de Colette et de Henry de Jouvenel. Colette quitte Le Matin. Elle va collaborer régulièrement au Figaro, puis au Quotidien, à L’Éclair, etc. Séjour à Rozven. Séjours en Suisse, avec Bertrand. Elle joue le rôle de Léa dans l’adaptation théâtrale de Chéri. Rédaction de La Fin de Chéri (1926). Décembre 1924, numéro spécial consacré à Colette par la revue Le Capitole. Une plaque est apposée sur la maison natale de Saint-Sauveur. Publication en 1924 de La Femme cachée, recueil de brèves nouvelles, et d’Aventures quotidiennes, recueil d’articles et de chroniques publiés au cours de l’été dans Le Figaro. Création de L’Enfant et les sortilèges de Ravel, sur un livret écrit par Colette dès 1913. En février 1925, Colette rencontre Maurice Goudeket. Rupture avec Bertrand de Jouvenel. Divorce d’avec Henry de Jouvenel.

 

periode6

La maturité littéraire

Publication de La Fin de Chéri. Séjour au Maroc. Achat de « La Treille Muscate », à Saint-Tropez, que Colette gardera jusqu’en 1938 (en compagnie de Maurice Goudeket, elle avait découvert cette région en 1925). En novembre, elle s’installe dans un entresol du Palais-Royal, 9, rue du Beaujolais : elle y restera jusqu’en 1930. Elle joue au théâtre le rôle de Renée Néré (La Vagabonde) et fait, avec succès, une tournée de conférences, sur «L’envers et l’endroit du théâtre et du music-hall», elle achète une chatte, la future « Chatte Dernière », qui inspirera en partie le roman La Chatte (1933).

Home10

Publication d’un ouvrage de Jean Larnac, Colette, sa vie, son œuvre (éditions Krâ). Colette, à qui les acquéreurs de sa maison natale ont offert l’usufruit de ce bien, se rend à Saint-Sauveur : « Trente-trois ans, songez donc, trente-trois ans que je n’avais revu ni l’intérieur de la maison, ni le jardin ! Une émotion si grande, une telle impression de temps aboli ! » (lettre à Germaine Patat, coll. part.). Séjour à Saint-Tropez. Début de la rédaction de La Naissance du jour (1928). Publication de La Naissance du jour. Séjours à la Treille Muscate.

 Ecoutez Colette parler de Saint-Tropez…

 

 

335-A

Achat de «Souci», qui sera, jusqu’en 1939, la dernière chienne bull de Colette. Voyage en Espagne et au Maroc. Colette travaille au scénario de La Vagabonde (le film ne sortira qu’en 1931). Elle loue une maison près de Montfort-l’Amaury. Visite au zoo d’Anvers (elle s’en souviendra dans Paradis terrestres, 1932). Publication de Regarde, illustré par Méheut, un des chefs-d’œuvre du livre illustré du XXe siècle. Publication de La Seconde. On reparle de Colette pour l’Académie Goncourt. Conférences à Berlin. Publication de la première partie de Sido chez Krâ, dans la collection «Femmes» (les deux autres parties paraîtront en 1930). Séjours à la Treille Muscate. Critique dramatique à La Revue de Paris. Achat de «La Gerbière», près de Montfort-l’Amaury : cette maison sera revendue dès l’année suivante. Bref séjour à Berlin (visite du cirque Sarrasini). En juillet, croisière en mer du Nord sur le yacht de Henri de Rothschild. Séjour à Saint-Tropez.

 336-D

Colette travaille à Ces Plaisirs… (1932), qui deviendra en 1941 Le Pur et l’Impur. En décembre, Colette s’installe au sixième étage de l’hôtel Claridge, sur les Champs-Élysées. Publication du Voyage égoïste. Rédaction de La Seconde (1929). Colette est promue officier de la Légion d’honneur.Mort de Willy. Tournées de conférences, en Autriche, en Roumanie, en Afrique du Nord. Séjour à Saint-Tropez ; Colette y travaille à Prisons et paradis. Publication du livre témoignage de Claude Chauvière, Colette, chez Firmin-Didot.Publication de Ces Plaisirs… Colette ouvre un institut de produits de beauté au 6, rue de Miromesnil : cette tentative n’aura pas un succès durable.

vie_slide12

Séjour à Saint-Tropez, tournée de conférences. Publication de Prisons et paradis et de La Treille-Muscate illustré par Dunoyer de Segonzac. Colette écrit et publie La Chatte. Tournée de conférences. Séjour à Saint-Tropez. Elle écrit les dialogues du film de Marc Allégret, Lac-aux-Dames. Critique dramatique auJournal. Rédaction et publication de Duo. Mise en vente du premier volume de La Jumelle noire (articles de critique dramatique) ; trois autres volumes paraîtront avant la guerre. Séjour tropézien. Colette écrit les dialogues du film de Max Ophüls, Divine (d’après L’Envers du music-hall, 1913). Colette quitte le Claridge pour l’immeuble Marignan, 33, avenue des Champs-Élysées.

new york

Elle épouse Maurice Goudeket pour que cette légalisation simplifie le voyage qu’elle doit faire aux États-Unis. Elle se rend comme reporter du Journal à New-York, pour la traversée inaugurale du Normandie. Sa fille Colette de Jouvenel épouse le Dr Dausse (elle divorcera en 1936). Mort de Henry de Jouvenel. Publication de Mes apprentissages, pamphlet contre Willy qui fixe pour longtemps une image très défavorable du premier mari de Colette et de cette période de la vie de l’écrivain.

 

periode7

Les honneurs

Colette est promue au rang de commandeur de la Légion d’honneur. Discours de réception à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (elle y succède à Anna de Noailles). Séjours à Saint-Tropez. Rédaction de Bella-Vista. Publication de Bella-VistaClaudine à l’école est porté à l’écran par Serge de Poligny. Colette emménage au premier étage du 9, rue de Beaujolais au mois de janvier 1938. Elle ne quittera plus le Palais-Royal. Elle cesse de collaborer au Journal. Dernier séjour à la Treille Muscate. Adaptation théâtrale de Duo écrite par Paul Géraldy. Bref voyage à Fez, pour un reportage destiné à Paris-Soir, auquel Colette collabore désormais. Premiers symptômes de l’arthrite de la hanche qui peu à peu l’immobilisera totalement. Publication de Paris de ma fenêtre.

lieux_beaujolais

Colette est maintenant contrainte à l’immobilité. Nouveau séjour à Genève, pour un traitement sans effet. Début de la publication (qui s’étalera jusqu’en 1950) des Œuvres complètes en quinze volumes aux Éditions du Fleuron, société créée par Maurice Goudeket. Nouveau séjour dans le Var, en juillet. Mort de Marguerite Moreno (1871-1948), sa meilleure et plus ancienne amie. Séjour à Grasse. Publication de Pour un herbier, illustré par Raoul Dufy.

Lateral06

Sortie du film tiré de Gigi par Jacqueline Audry (Colette a rédigé les dialogues). Publications de divers recueils d’anciennes chroniques ou nouvelles : Trait pour trait, La Fleur de l’âge, En pays connu, et de Journal intermittent. Nouveau séjour à Grasse. Publication du Fanal bleu. Reprise au théâtre de Chéri. Sortie du film tiré de Chéri par Pierre Billon (Colette a écrit les dialogues), de Julie de Carneilhan par Jacques Manuel, de Minne par Jacqueline Audry. Colette séjourne à Monte-Carlo, puis à Versailles, où elle travaille avec Léopold Marchand à une adaptation théâtrale de La Seconde. Elle renonce à l’usufruit de la maison de Saint-Sauveur, qui est vendue. Publication du dernier volume de sesŒuvres complètesLa Seconde est jouée au théâtre. Séjours à Monte-Carlo et à Versailles. Séjour à Monte-Carlo puis à Deauville. Colette reçoit le Grand Prix du disque. Présentation du court-métrage Colette tourné en 1950 par Yannick Bellon (le commentaire est écrit et dit par Colette).

La maison à Saint-Sauveur

Rossellini s’inspire de La Chatte pour le sketch «L’Envie» dans Les Sept péchés capitaux, qui sortira en 1953. Son 80e anniversaire est particulièrement célébré : Le Figaro littéraire lui consacre son numéro du 24 janvier. Séjour à Monte-Carlo. Colette est promue au grade de grand-officier de la Légion d’honneur. Dernier séjour à Deauville. Sortie du film tiré du Blé en herbe par Claude Autant-Lara, film qui suscite le scandale. Création parisienne de l’adaptation théâtrale de Gigi (En 1958, Gigi sera repris au cinéma à Hollywood par V. Minnelli, avec Leslie Caron).

film-gigi9

Dernier séjour à Monte-Carlo. Mort de Colette le 3 août. Funérailles nationales (et laïques : l’Église a refusé les obsèques religieuses) suivies d’une inhumation au Père-Lachaise.

 

Périodes
PARTAGER